Il n'y avait rien de naturel dans ce que l'on éprouvait.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Hanna Hanna, reste près de moi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
All I Need


▪ depuis quand ? : 06/07/2011
▪ conneries : 1
▪ venue au monde : 21/03/1994
▪ et l'âge ? : 23

MessageSujet: Hanna Hanna, reste près de moi.    Mer 6 Juil - 15:16


© source
nom du personnage ; Sandstrøm, anciennement Hansen.
prénom(s) du personnage ; Johanna Grethe
âge du personnage ; 28 ans
date de naissance ; 14 Février 1985.
personnalité sur l'avatar ; Naomi Watts.
groupe ; All I need.
lié(e) ; Eliott Walter.
son origine ; Scandinave.
sa nationalité ; Norvégienne.
son occupation ; Infirmière.

Covered with Jewell.
An evening, a nurse, her son and a prostitute. ;


Lorsque j’étais enfants et que j’allais à l’hôpital, principalement en cas d’otites, je me sentais mal de repartir aussi rapidement que j’étais venue. En bonne santé et sur mes deux jambes, alors que certains souffraient beaucoup plus que moi. Ce fut sur cette pensée que je devins infirmière. Vivant sur les îles Lofoten, en Norvège et malgré le revenu humble que mes parents rapportaient, j’ai pu accéder aux études avec une facilité qu’on ne retrouvait pas dans d’autres pays. Même si, on fond de mon cœur, il me manquait un petit quelque chose, j’y ai passé les meilleures années de ma vie, à l’université. Il fallait beaucoup réviser, étudier comme une forcenée et presque délaisser ma vie sociale pour y arriver mais, j’ai réussi. J’ai réussi et j’en suis fière, car maintenant j’assiste les malades hospitalisés, maintenant, je peux faire quelque chose pour eux.
Mais j’ai rapidement quitté les îles Lofoten pour épouser un suédois avec lequel je m’installai. Il était joaillier, faire des bijoux plus merveilleux les uns que les autres étaient son métier. Sa plus grande réussite, au travers mes yeux maternels, étaient notre fils. Un petit blond aux grands yeux bleus qui se nommait Aime. Émi. De nature calme, il nous causait rarement du souci, préférant observer avec ses prunelles plutôt que de babiller mille et un mots. Pour lui, j’ai rallongé mon congé maternité. Je ne voulais pas le délaisser pour les multitudes d’heures de travail à l’hôpital, on m’appelait uniquement en cas d’urgence. C’était une petite vie presque parfaite. Mari, maison, enfant. Un classique. Jusque là, je n’avais pas jugé important de rencontrer un quelconque lié.

Mais un soir, alors que je passais près d’un parc, je reçu un coup de fil. Je lâchai la main de mon fils pour attraper mon téléphone et répondit, distraite. Lorsque je raccrochai, je remarquai que j’étais seule, trop seule. Aime était parti et je m’inquiétai aussitôt, cherchant dans le parc sombre si je ne le voyais pas. En pleine journée, je crois que j’aurais eu moins peur de le voir courir vers une balançoire ou un bac à sable, mais en pleine soirée… Ma voix se cassait alors que j’hurlais « Aime, Aime ! », seule, sans le voir arriver. Ensuite, une jeune fille apparue, une adolescente, je dirais, aux longs cheveux roux, au look de fond de ruelle. Je fronçai les sourcils en voyant au bout de son une petite tête blonde avec un pouce dans la bouche. Sale petite monstre. « Aime ! Où étais-tu ? J’ai eu très peur ! Ne refait plus jamais ça, tu as compris ? » « Oui, maman… » Je le pris immédiatement dans mes bras et remerciai la jeune fille pour son… aide ? « Merci beaucoup. » Puis je repartis, serrant mon bébé dans mes bras, ne le lâchant plus jusqu’au retour à la maison.

Je me sentais étrange, troublée. Cette fille ne me semblait pas totalement inconnue et pourtant, je la voyais pour la première fois. Je repensai à elle souvent, jugeant que c’était du au fait qu’elle m’ait ramené mon fils, sain et sauf. Cependant, je regrettai de ne pas lui avoir demandé son prénom.

Je la revis au restaurant, assise seule. J’aurais pu me tromper, lorsque je l’ai vu, au loin. Il n’y avait pas qu’une rousse, en Suède. Mais je savais que c’était bien elle et j’allai lui parler. Nous échangeâmes quelques mots, et elle accepta mon invitation à diner, en remerciement pour l’autre soir. Je lui donnai mon adresse, au cas où elle aurait besoin d’aide et, à ce même restaurant, nous nous recroisâmes maintes fois, mangeant à la même table, parlant peu et se contentant d’échanger quelques regards interrogateurs. Eliott, Eliott, qu’es-tu ma petite Eliott ?

Je mis Aime dans son lit, recouvrant sa frêle épaule de sa couette colorée et rapprochant une peluche rosé de son nez. Je lui fis un bisou et me couchai, épuisée. J’étais seule, très seule. Mis à part le petit garçon et moi, la maison était vide. En maison en pleine ville, une maison moderne aux grandes vitres et couleurs ternes. On toqua à la porte et j’hésitai à me lever. Mais qui Diable viens à cette heure-ci ? Eliott, forcément. Cela me sembla immédiatement clair. Je me précipitai, les yeux cernés par un réveil forcé, et ouvris. Je n’hésitai pas à la laissé entrer. C’était comme si j’étais sa mère et que je l’accueillais une nouvelle fois à la maison, comme si elle habitait ici. Même si c’était la première fois qu’elle mettait les pieds chez moi. Je l’invitai et lui préparai du thé. Je ne l’avais pas faite dormir sur le divan, préférant l’avoir près de moi. Elle prit place dans mon large lit et nous dormîmes l’une contre l’autre, blotties. Paisibles, liées.

Nous passâmes les années suivantes à nous voir et nous revoir. Seules, toutes les deux, accompagnées du petit Aime qui s’était attaché à la grande rousse. Lui aussi, il l’aimait, lui aussi il désirait la revoir. Je caressai ses cheveux du bout de mes doigts, alors que sa tête reposait sur mes genoux. Nous étions dans ce même parc, le même que la première fois. Aime jouait, et nous laissait ensemble. Mes yeux étaient vers lui et mon corps appartenait à elle. Et entre la famille et le boulot, nous trouvâmes toujours le moyen de se voir, quoi qu’il arrive. Si je devais m’absenter, elle surveillait Aime pour moi, si elle était malade, je la veillais également.
Alors c’était ça, être liées.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
All I Need


▪ depuis quand ? : 08/02/2010
▪ conneries : 281
Masculin
▪ venue au monde : 14/12/1994
▪ et l'âge ? : 22
▪ localisation : faraway.
▪ groupe : « all i need »
▪ humeur : i don't know.

MessageSujet: Re: Hanna Hanna, reste près de moi.    Ven 8 Juil - 20:48

Bienvenue sur le forum \o/
enfin !
On devrait me taper pour ces retards impardonnables. Je te valide, ma belle.


"La passion doit être punie." - Ah oui ? Quel est le con qui a dit ça ?
D'accord on va dire que tu as raison, je ne suis - après tout - qu'un emmerdeur minable qui vient chambouler ta vie. Mais toi, Valentine, est-ce que tu sens ton cœur battre comme le mien ? Est-ce que tu vois cette lueur, dans mes yeux, contre les tiens ? Je déteste les déclarations d'amour. Ce n'en est pas une.

EDWARDAUPLACARD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twowordsnineletters.tumblr.com/
 

Hanna Hanna, reste près de moi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Reste près de moi. J'ai besoin de toi. || Drew Bolton.
» Hanna kadhafi en vie?
» Sujets d'Hanna Marin
» Hanna et Toby: j'avais envie de te revoir
» [terminé] Mona et Hanna: Un peu de shopping.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Anciennes fiches-