Il n'y avait rien de naturel dans ce que l'on éprouvait.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 32 flavors < Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Sleepless


▪ depuis quand ? : 01/12/2010
▪ conneries : 63
Féminin
▪ venue au monde : 01/11/1985
▪ et l'âge ? : 32
▪ groupe : sleepless
▪ humeur : abyssale

MessageSujet: 32 flavors < Libre   Mar 1 Fév - 13:13

Le souvenir est le parfum de l'âme.




Tout ce vert. Tout cela lui semblait tellement familier. Tellement. Anthea ferma les paupières en une fraction de seconde. Une brise légère vînt se promener sur sa douce peau de méditerranéenne, plongeant dans ses boucles brunes et chatouillant ses longs cils. La bouche quelque peu entrouverte.

Le parc était quasiment désert à cette heure si matinale. Prise d'insomnie elle avait voulu prendre l'air. Foutues insomnies.

Anthea rassembla les morceaux de souvenirs qui ondulaient dans son esprit. Elle semblait rêver.
Oui, comme dans un rêve. Elle flottait. Ondoyait sur la risée du temps. Les sensations lui revenaient peu à peu.
Elle humait dans l'air matinal des parfums que seule la petite fille qu'elle avait été pouvait sentir. Elle se souvenait de l'odeur qu'avait la rosée du matin sur l'herbe verte et sauvage. Celle de l'anémone de Grèce, la belle vêtue de mauve. Son parfum doux et léger. Autrefois, elle avait l'habitude de la mettre dans ses longs cheveux et riait. D'un rire si sincère qu'elle ne le connaissait plus. Et puis un parfum. Un autre. Un sucré. Le parfum de sa mère, la belle suédoise, lui embaumait le coeur.

La réminiscence s'amplifiait. Anthea s'enfonçait à chaque instant un peu plus loin dans ses souvenirs. Les sensations étaient plus fortes encore.
Elle était dans les bras de sa mère. Ses bras, fermes, qui ne l'auraient lâchée pour rien au monde. Elle y régnait comme une princesse dans un royaume. En parfaite sécurité. Elle sentait ses mains douces lui caresser tendrement le front, la nuque. Le pouce qui effleurait sa joue de petite enfant, qui passait par son nez et se posait sur sa bouche en forme de coeur.

Puis Anthea ouvrit les yeux. Et elle voyait. Elle voyait sa mère et son père allongés sur l'herbe et rigolant. Le ciel d'un bleu printanier et la migration des oiseaux vers le nord. Un bonheur sans limite, ou presque. Elle re-voyait tout. Tout comme dix ans auparavant. Elle voyait le baiser de son père sur le front de sa mère, elle voyait sa main qui prenait doucement la sienne.
Il était beau son père. Rasé de très loin. Un brin de provocation dans son regard pétillant. Une expression nonchalante. Il avait cet agacement dans les gestes qui en aurait énervé plus d'une, ce narcissisme dans la voix. Mais pas la suédoise. Elle, la blonde, en rigolait. Elle le dévorait. Comme pour ne faire plus qu'un avec lui.
Plus tard, lorsque Anthea fut en âge de comprendre, Astrid avait conté à sa fille la légende des liés. Et elle le lui avait dit. Elle lui avait avoué sa profonde tristesse de ne pas avoir été la liée de son père. Il ne serait probablement jamais parti.

Le souvenir s'égarait. Anthea y concentra de nouveau toute son attention.
Elle observait le bonheur dans les yeux de la suédoise et l'amour dans son sourire.
Son rire raisonnait à ses oreilles. Ce rire qui lui manquait tant.

Oh oui, elle lui en voulait à son père. De quel droit les avait-il abandonnées ? Cette histoire de liés était stupide. C'était elle la chair de sa chair. Et non pas je ne sais quelle inconnue qu'il aurait pu choisir de suivre. Elle ne pouvait faire autrement que le détester. Il leur avait enlevé le bonheur dans lequel elles vivaient, elle et la suédoise. Il leur avait pris le peu joie de vivre qu'il leur restait, et par dessus tout, il les avait forcées à retourner vivre en Suède. Le grec ne les méritait pas.

La rage s'était emmagasinée depuis dix ans déjà. Dix années de colère enfouies dans les abysses de son âme. Elle voulait le haïr, elle voulait le frapper. Elle voulait hurler. Et elle hurla. Si fort que des oiseaux s'envolèrent dans le ciel matinal pour fuir ce nouveau danger. La brune les regarda s'éloigner, coupable. Son manque de sang froid la mettait hors d'elle. Elle se retourna, furieuse et dans un sursaut, elle vit la personne qui l'observait. Mais depuis combien de temps ? Oh et puis à quoi bon.

- Tu peux hurler avec moi si tu en as envie.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
We Are Broken


▪ depuis quand ? : 28/11/2010
▪ conneries : 20
▪ venue au monde : 15/02/1991
▪ et l'âge ? : 26

MessageSujet: Re: 32 flavors < Libre   Dim 6 Fév - 20:16

Réservé ♥ jte ponds un truc dans la semaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

32 flavors < Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Parc Snygg-