Il n'y avait rien de naturel dans ce que l'on éprouvait.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Stay on the path [Luna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
We Are Broken


▪ depuis quand ? : 13/11/2010
▪ conneries : 19
▪ venue au monde : 25/05/1992
▪ et l'âge ? : 25

MessageSujet: Stay on the path [Luna]   Ven 17 Déc - 20:33

Dans la carcasse de l’autobus il venait de se faire avaler, pantelant dans la marée gastrique des bières et de l’urine de clochard sillonnant la plateforme, il se reposait, épuisé dans un siège du fond, celui appartenant à la ronde de sièges que personne n’approche car souvent occupée par les malfaiteurs.
Et c’est vrai que lui-même ne faisait pas preuve de la plus haute distinction, ses jambes ramollies occupant deux fauteuils tant il les laissait ouvertes comme pour accoucher.

La tête battant la cadence des roulements de la machine, on aurait pu penser qu’il lui restait assez d’énergie pour se secouer en rythme sur la musique qu’il avait planté dans ses oreilles à l’aide d’un casque, plantée mais non cultivée, il aurait été incapable de vous dire ce qu’il écoutait si vous lui demandiez. Heureusement à cette heure-ci il y avait peu de chances qu’on vienne le déranger, le matin les gens dorment tous dans les transports en commun, et le dimanche matin les gens dorment tous dans les transports en commun ET sont très occupés à essayer de savoir où ils sont.
Le dimanche matin, la moitié de la terre est toujours perdue.
Allan faisait parti de ceux-là, mais il semblait importer peu d’importances à se retrouver paumé au beau milieu d’un bronx avec le cerveau aussi complet que le casier judiciaire d’un scout, sans doute que la poche de son jean, ou celle de son hoodie rouge, ou peut-être même son écharpe dissimulaient tous assez d’argent pour recommencer sa vie en trois minutes.
On penchera pour l’idée qu’il avait juste assez pour recommencer à manger macdonald en trois minutes, dès qu’il allait remarquer que son estomac lui portait plainte. Pour l’instant, Allan flottait entre l’inconscient le sommeil et la volonté de survivre durant le trajet. On sait jamais, si ça se trouve un terroriste chevelu allait débarquer et lui menacer la tête avec du déodorant. Pourquoi du déodorant ? Méfiez-vous des produits pour la fraicheur des aisselles, ça s’enflamme, et ça enflamme des masses de femmes en chaleur. C’est une opinion publicitaire, je tiens à souligner que selon cette même opinion, on peut aussi rendre une fille folle de votre corps de dieu grec en mangeant du fromage.

A chaque station le chauffeur tournait la tête vers le fond pour vérifier que son jeunot était là, il faut dire qu’il était le seul passager de son navire, et s’il n’y avait eu personne il aurait sans doute pu tricher sur ses heures et griller sa clope matinale. Au lieu de cela il se trouvait contraint de trimballer cette jeune loque, ce qui avait pour conséquence de le faire mollement grommeler à chaque arrêt, découvrant sa dentition grisâtre, baignant dans une salive jaune dont le doux fumet de mégot refroidi et de café de mauvaise qualité caressait chacun de ses barbotages.



Le transporteur freina brusquement son cheval de fer, et à l’arrière Allan se retrouva brusqué par le sursaut du wagon. Un coup porté à la tête le fit émerger légèrement, il distinguait désormais les autres fauteuils, les barres sales et les appuis divers esseulés dans le bus, et les portes qui s’ouvraient sur l’arrêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
We Are Broken


▪ depuis quand ? : 24/11/2010
▪ conneries : 20
▪ venue au monde : 11/04/1993
▪ et l'âge ? : 24

MessageSujet: Re: Stay on the path [Luna]   Mar 21 Déc - 14:46

Luna n'en revenait pas. Ce connard l'avait planté, à 8h00, un dimanche, parce que sa copine l'avait appelé lui disant qu'elle arrivait dans une heure. SURPRISE. Elle lui avait offert la meilleure nuit de sa vie, c'était évident, et il n'avait même pas l'obligeance de la laisser dormir un dimanche matin. Il l'avait viré aussi vite que possible. Les mecs, tous pareils, aucun respect. Elle l'a connaissait cette fille, encore une pin-up qui croyait aimé et être aimée, et que rien ne pourrait les séparer et .. Si elle savait que son copain se tapait toutes les nanas qu'il croisait et qu'il trouvait à son goût, elle se trouverait surement un peu moins irrésistible.

Le temps était clair et le vent glaciale. Cela faisait une bonne vingtaine de minute que Luna attendait son bus maintenant. Elle avait déjà entamé sa troisième cigarette lorsque le bus arriva et elle l'écrasa contre la semelle de sa botte avant de la jeté au sol. Elle ne pensait qu'à rentrer à l'intérieur et de se réchauffer, quelle idée de porter une petite jupe et une simple veste de tailleur par ce temps.. Au moment où elle entra à l'intérieur, son portable sonna, c'était sa mère, étrange qu'elle l'appel si tôt.


« Hey maman. Non là je suis dans le bus. … Je rentre à la maison. Oui oui ça va ne t'inquiète pas. Tu voulais me demander quelque chose ? … Hum non, je n'en ai aucune idée, je passerais voir si tu veux. … Aucun problème, Bisous. »


Luna raccrocha, le bus était tellement vide que ça en venait à se demander où s'installer. Trop de choix, malheureusement, les femmes ne savent jamais choisir, ni ce qu'elles veulent d'ailleurs. En parcourant le bus des yeux, elle se rendit compte qu'il n'était pas vide, comme elle avait pu le croire. Pire encore, la seule personne présente, il fallait que ce soit son super demi-frère, lié par la même occasion.


- Génial.



Il avait l'air complètement perdu, mort, déchiré, tout ce que vous voulez et qui reste dans le même thème. Il était pitoyable de base, mais là encore plus que d'ordinaire, avec son casque sur les oreilles et ses yeux dans le coma. Non seulement Luna avait été réveillée super tôt, mais en plus la seule personne qu'il faut qu'elle croise dans un bus vide, c'est son maudit demi-frère. Combien de chance y avait-il pour qu'elle tombe sur lui ? Selon les statistiques, il y a plusieurs bus qui passent le dimanche matin, des milliards de gens sur la planète, un dimanche matin, c'était encore moins probable qu'elle tombe sur lui. C'est ce qu'on appel bien commencé la journée.

Les dents serrées, elle avança vers lui, elle avait quelques mots à lui dire vis a vis du superbe message qu'il lui avait laissé la veille. Un rictus mesquin au coin des lèvres, elle arriva enfin à son niveau. Ca lui donnait envie de lui coller une claque qu'il se réveille.


- J'ai eu ton message de la veille. Ça va tu te fais pas chier à m'accuser. Ça aurait très bien pu être ta mère qui t'aurais emprunté de l'argent. Puis pour toute la thune que t'as pu me piquer depuis qu'on vit ensemble, j'pense qu'on est quitte maintenant.


Elle lui fit un clin d'œil, elle savait que ça l'énerverait, c'était là tout l'intérêt. Puis elle commença à faire demi-tour pour trouver une place qui s'éloignerait le plus de cet autiste désespérant qu'était son demi-frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
We Are Broken


▪ depuis quand ? : 13/11/2010
▪ conneries : 19
▪ venue au monde : 25/05/1992
▪ et l'âge ? : 25

MessageSujet: Re: Stay on the path [Luna]   Sam 8 Jan - 22:55

Vision dramatique, pourquoi fallait-il que cette journée commence ainsi ? Était-ce une punition pour ce qu’il avait fait la veille ? S’il avait su, il s’en serait gardé et aurait passé la soirée emmitouflé dans une couverture en pilou, à regarder des documentaires animaliers.
Ses muscles se contractèrent d’un coup sec, son cœur éclata contre la paroi, vidé de son sang qui colorait ses joues en cramoisi. Un gracieux "putain" lui échappa, cette garce s’approchait, ça n’était pas une illusion, elle était là.
Les courbes de ses jambes, tracées du bout des doigts, sa jupe ayant la chance de caresser au plus près ses cuisses. Ses habits ne la couvraient pas tellement pour le temps, il en déduit à contre-cœur qu’elle pensait sans doute revenir plus tard dans l’après-midi, et était donc passée chez quelqu’un, et pour rentrer si tôt il fallait bien que…
Il ne donna pas de suite à sa pensée, horrifié. Elle se foutait de lui, il essayait de ne pas imaginer ce regard haineux sur lui déformé dans un rictus de jouissance. Même en lui vomissant les pires niaiseries au visage, à lui en donner envie de fracasser son nez à la batte, même comme ça il appréciait observer ce visage.

« Oh ta gueule. » Souffla-t-il , épuisé tout de même, c’est vrai qu’il l’avait engueulée hier soir. Pour une fois il lui semblait facile de garder sa colère au fond de son estomac, mais elle lui re-sauta à la gorge quand la garce lui cligna de l’œil.

« Vas-y arrête de raconter n’importe quoi viens là ! »

Soudainement animé par une soif de baffer sa fausse liée de sang, Allan se précipita sur elle. Erreur, le train en route fit basculer ses gestes. Sa jambe se heurta contre une barre de passager, il étouffa un juron et déversant sa douleur dans ses mouvements, saisit brusquement l’épaule de Luna.

« Arrête de faire la meuf, ta thune de toute façon elle est tellement sale que je voudrais pas y toucher, t’étais où là ? En train de te faire partouzer ? Ça va c’était bien ? Fais gaffe à pas abuser tu vas finir par marcher en cow-boy à dix-huit ans. »

Au-devant du bus, le chauffeur écoutait l’animation passionnée et sulfureuse de son petit théatre ambulant, et cru utile de commenter . C’est qu’il s’ennuyait ferme depuis hier soir, c’est pas un plaisir de transporter des déchets de jeunes ou de vieux d’un coin à l’autre. Tout ça pour qu’il sorte vomir sur un abribus, pire, y dormir.

« Woh les jeunes on se rassoit au lieu de se prendre le bec, ça vire. »

Il rit grassement et prit à droite, effectivement, le mouvement fit flancher les deux passagers. Allan entraina magnifiquement Luna dans sa chute, au fin fond des enfers. Bon la phrase était juste en classe, en fait ils se sont juste ramassés sur le plancher crade recouvert de chewing-gum fossilisés.
Ô dégout, ô désespoir, cette proximité était à lui faire frôler l'apoplexie, la crise de nerfs, la choléra, le cancer même, de quoi? Cancer généralisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Stay on the path [Luna]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Stay on the path [Luna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Luna Scamander [ACCEPTEE] ~ Auror
» Fiche technique et news de Stay with me
» [L5R JCC] Path of the Destroyer (prochaine extension)
» LUNA X GRIFFON FEMELLE 1 - 2 ANS (34) ADOPTEE
» Commande de Path of Destroyers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Transports en commun-