Il n'y avait rien de naturel dans ce que l'on éprouvait.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Valentine ;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
All I Need


▪ depuis quand ? : 13/11/2010
▪ conneries : 12
Féminin
▪ venue au monde : 17/08/1993
▪ et l'âge ? : 25
▪ groupe : All I need
▪ humeur : Head up in the clouds

MessageSujet: Valentine ;   Sam 13 Nov - 17:28


© unknown
nom du personnage ; Vamistania
prénom(s) du personnage ; Valentine, Amélia
âge du personnage ; 20 ans
date de naissance ; 18 avril 1989
personnalité sur l'avatar ; Inconnue, ici
groupe ; All I need
lié(e) ; Aurélien R. de Suresnes
son origine ; française et russe
sa nationalité ; Double nationalité, française et russe. Valentine bénéficie d'un titre de séjour.
son occupation ; Photographe professionnelle

Histoire
But just tonight I won’t leave, I’ll lie and you’ll believe. Just tonight I will see, it’s all because of me





« L'Être.
Je me suis souvent demandé si notre vie pouvait être régie par un seul être. Je ne suis pas sûre d'avoir la réponse, encore maintenant. »

    Valentine n'a pas connu une de ces enfances remplies de drames, de misère, de pleurs, de cris, de désespoir. Elle n'a pas connu non plus l'extase totale, le bonheur à l'état pur -quelqu'un l'a-t-il seulement déjà connu ?
    Elle a grandi dans une famille plutôt banale, quoiqu'un peu plus aisée que les autres. Sa mère, russe, et son père, français, étaient installés sur Paris durant les premières années d'existence de Valentine. Ville de la mode, ville des arts, ville des amoureux. La ville et capitale de beaucoup de choses, au delà de la France. Néanmoins, ce qui a attiré la blondinette, c'est l'art. Les Arts. Avec un grand « A ». La passion de Valentine pour ceux-ci s'est vite révélée, elle se plaisait à arpenter les musées, expositions, assister aux concerts en compagnie de ses parents. Ceux-ci étaient un couple encore très amoureux – aucun des deux n'avaient rencontré son Lié, ils vivaient une véritable idylle et Valentine était comme la consécration de leur amour. Aujourd'hui, la blonde ne leur voue pas un amour éternel, et a tendance à s'irriter lorsque les gens disent - ce qu'elle juge comme bêtise - « Mais tu ne peux pas ne pas les aimer, ce sont tes parents ! ». A vrai dire, elle ne les hait pas. Elle serait sans doute triste s'ils venaient à disparaître – Valentine a beau paraître sûre d'elle et forte, elle n'en a pas moins des sentiments – mais seulement par habitude. Habitude de les voir, maintenant qu'elle est à Sollentuna, relativement régulièrement, et elle a passé la plupart de sa vie avec eux, sous le même toit. Qui plus est, ses parents ne sont pas des tortionnaires sans coeur et, en y réfléchissant, Valentine ne trouve pas quelque chose à leur reprocher de majeur dans l'éducation qu'ils lui ont offerte. Peut-être a-t-elle été trop choyée.

    A partir de ses quatre ans, sa mère, Mlada, l'a vite poussée à apprendre le russe, langue qui lui était chère, d'autant plus car elle n'avait plus tellement l'occasion de la pratiquer. La blondinette trouvait cet apprentissage bien inutile mais s'y pliait -avait-elle le choix ? Il se trouvait que la langue était assez difficile à apprendre, Valentine réussit néanmoins à la parler presque couramment lorsque Mlada et Eric décidèrent de déménager en Russie. L'occasion idéale pour leur fille de perfectionner son russe et de s'en servir -point non négligeable, paraît-il. La blondinette accueillit mal ce déménagement : la France, et plus particulièrement Paris, lui tenait à coeur, et quitter sa belle capitale lui déchira le coeur et lui coupa toute envie d'apprécier ce nouveau pays, ces nouvelles rencontres, ce froid glacial.
    Valentine, c'était un peu le stéréotype de la petite princesse pourrie gâtée mais adorable, au demeurant. Des petites bouclettes blondes qui tombaient en cascade sur ses épaules et son dos, un sourire accompagné de jolies fossettes, un air confiant qui s'affichait d'autant plus quand elle parlait russe – cette petite fille de neuf ans à peine n'avait strictement aucune gêne à pratiquer une autre langue que celle qui lui était maternelle, et son petit accent français -qu'elle perdit vite toutefois- lui offrait un charme dont elle avait connaissance et usait à ses débuts dans cette Russie étrangère. Son assurance frôlait parfois l'insolence, on ne lui reprocha jamais cependant : ça plaisait. Valentine était bien loin d'une quelconque forme de timidité mais gardait un peu de réserve, elle n'hésitait pas à donner son opinion, appuyée d'arguments, sur tous les sujets.
    Son enfance fila petit à petit, mais rapidement, vers son adolescence. Sa façon d'être, son assurance et son insolence, attirèrent vite ces beaux mâles - souvent plus âgés. Que trouvaient-ils à une adolescente de quatorze ans ? Un peu de tout. Elle n'était pas une petite fille sage, elle ne paraissait pas innocente, mais sa fraîcheur était agréable. Valentine, quant à elle, même si elle ne le montrait pas, se sentait rassurée d'être aimée – ou au moins appréciée – de sentir ces bras entourer son corps et ces voix lui susurrer des mensonges. Se sentir protégée, se sentir différente. Il y a eu Slava, Alekseï, Dimitri, Serafim.... Et d'autres.
    Ces histoires périphériques ne l'empêchèrent pas de poursuivre son ascension vers l'Art. Elle chantait, jouait un peu de guitare, et ce petit côté éraillé – dû à la clope – donnait quelque chose d'original et agréable à sa voix. Valentine aimait les Sex Pistols, Nirvana... Mais ses goûts n'étaient pas restreints et encadrés par des catégories – rock, classique, pop... A quoi bon ? Dans son ordinateur, on trouvait un peu de tout, c'était le dossier « bonheur ». Puis, il y avait la photographie. Une façon de montrer, de se souvenir, d'interpréter – de stopper le temps, et le reprendre quand on le souhaite. Des modèles, des paysages, des instants. Une façon de se cacher derrière l'objectif, mais également de se révéler dans le cliché. Valentine passait ainsi le plus clair de son temps entre la musique, la photographie, le dessin, sans omettre de céder assez régulièrement à la tentation. Cruelle.

    C'est sans réelle tristesse ou mélancolie qu'elle quitte la Russie pour rejoindre la France et sa chère capitale. Ses années de lycée lui plaisent – Valentine aime assez étudier, tant qu'elle n'est pas contrainte à faire ci et ça. La blonde finit sa scolarité en obtenant son bac, décidant qu'il est temps de passer à autre chose que l'école, plaisante mais trop routinière. Valentine veut voir d'autres choses, photographier d'autres choses, faire carrière, s'éloigner du banal et ennuyeux train monotone de la vie. Elle veut rencontrer des gens, pouvoir accrocher des clichés sur des murs négligés, ne plus pouvoir mettre un pied devant l'autre à cause d'un sol recouvert de fringues sales, d'objets en tout genre, et dire « Je suis libre et je suis heureuse ». Mais Valentine a tendance à faire un amalgame entre « faire ce qu'on veut » et la liberté. Elle ne s'en rend pas compte, bien sûr, et cette vie un peu décousue qu'elle débute en visitant une Europe scandinave nouvelle lui plaît. Aucun soucis majeur ne se pose durant ces plusieurs mois; la blonde est partie en compagnie de quelques de ses amis, pour ne pas ressentir une solitude qui l'effraierait. Elle n'oublie pas de garder contact avec sa famille qui la laisse vagabonder – peut-être aurait-elle apprécié qu'ils émettent un doute, une peur, concernant son départ ? Mais ils ont toujours cédé à ses caprices, et ce n'est pas à cet âge qu'on refait une éducation. Toujours est-il que la photographe est heureuse, elle travaille pour diverses sociétés et tente tant bien que mal de percer dans la musique – elle ne se pose pas de questions et saisit la moindre chance qui se présente à elle. Le froid lui plaît, les paysages dépeuplés l'enchantent, et son épanouissement la laisse pantoise.

    Puis, elle arrive en Suède. Elle passe les premiers jours dans la capitale, Stockholm, avant de découvrir cette petite ville, charmante par ses habitants, son calme, son patrimoine culturel et historique, ses petites rues si belles à photographier... Sollentuna lui plaît, elle en tombe comme amoureuse, et décide rapidement de s'y installer. Elle parcourt les rues en laissant sa voix s'évanouir dans les impasses quand elle y chante.
    C'est en visitant un musée dans la capitale que sa plénitude est bousculée.

    Mon coeur s'arrête. Puis repart de plus belle. Je sens les battements frapper contre ma poitrine, il veut sortir, crier. Il l'a vu. Il est comme une entité à part. Je prends peur, je ne veux pas le laisser choisir. Mais il contrôle mon corps, soudain fébrile, qui ne demande que celui que je vois. Aurélien. Oui, c'est ça, Aurélien, c'est bien lui. Pourquoi Aurélien ? Pourquoi je me souviens exactement de ce moment ? J'avais trois ans, il en avait six. Alors maintenant, il en a vingt ? Pourquoi, d'un coup, je réalise que c'est lui ? Qu'il est... mon Lié ? Je veux être indépendante, je veux réprimer ces sentiments, cette envie folle qu'a mon corps – mon corps, pas moi, pas ma raison – de se jeter dans ses bras. Mon regard ne veux pas ciller, j'ai l'impression de ne plus être une seule personne mais une centaine, dont chacune a des volontés différentes. Il a cet air un peu détaché, ailleurs, cet air d'artiste.
    Je crois que je l'aime.

    Les semaines passent, et Valentine ne sait se détacher de cette image. Elle le revoit, sans arrêt, et elle se demande ce qu'elle peut faire. Elle n'aime pas l'ordre, normalement. Mais c'est soudainement trop de désordre pour elle. Alors elle réfléchit. Le mieux, pour elle, puisqu'elle ne semble pouvoir rester loin de lui, son Lié, Aurélien, c'est de l'avoir. Elle aimerait bien dire « à sa disposition », elle est égoïste, elle est capricieuse; elle ne veut pas qu'il sache qu'elle ressent ce besoin de l'attacher à elle pour que jamais il ne parte. Elle tente de le persuader de s'installer avec elle, ce qu'il fait.

    Elle aime jouer au chat et à la souris, elle aime partir pour mieux le retrouver, pour s'assurer qu'elle lui a manqué – il lui a assurément manqué, à elle. Elle ne le dira pas. Elle aime retrouver, sa chaleur, sa voix, ses écrits, son odeur, la fusion de leurs corps. Elle aime le photographier, chantonner quand il est endormi, elle aime le dessiner, glisser ses mains froides dans le creux de son cou. Avant qu'il ne reparte. Elle déteste ça, quand il part. Elle voudrait être la seule à partir, puis finalement, elle lui en veut. Elle voudrait qu'il fasse ce qu'elle souhaite – mais ça l'insupporterait, après tout.
    Elle ne sait pas choisir entre lui et le chant, la photographie – elle a toujours détesté choisir. Il lui arrive de se demander si elle devrait s'imposer ce choix, mais elle ne pourrait pas. Aurélien comme l'Art lui sont vitaux. Alors parfois, elle s'énerve, contre lui, contre elle-même. Plus contre elle-même en fait. Malgré tout, elle poursuit ses rêves. Elle reste une gamine dans l'âme, Valentine. C'est une gamine.
    Puis, elle l'aime.


Spoiler:
 


Dernière édition par Valentine A. Vaminstania le Sam 13 Nov - 17:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
All I Need


▪ depuis quand ? : 08/02/2010
▪ conneries : 281
Masculin
▪ venue au monde : 14/12/1994
▪ et l'âge ? : 23
▪ localisation : faraway.
▪ groupe : « all i need »
▪ humeur : i don't know.

MessageSujet: Re: Valentine ;   Sam 13 Nov - 17:36

Wub
Il te manque le code et je te valide, va.
Sale pistonnée Wub


"La passion doit être punie." - Ah oui ? Quel est le con qui a dit ça ?
D'accord on va dire que tu as raison, je ne suis - après tout - qu'un emmerdeur minable qui vient chambouler ta vie. Mais toi, Valentine, est-ce que tu sens ton cœur battre comme le mien ? Est-ce que tu vois cette lueur, dans mes yeux, contre les tiens ? Je déteste les déclarations d'amour. Ce n'en est pas une.

EDWARDAUPLACARD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twowordsnineletters.tumblr.com/
avatar
All I Need


▪ depuis quand ? : 13/11/2010
▪ conneries : 12
Féminin
▪ venue au monde : 17/08/1993
▪ et l'âge ? : 25
▪ groupe : All I need
▪ humeur : Head up in the clouds

MessageSujet: Re: Valentine ;   Sam 13 Nov - 17:43

Est-ce mieux ainsi brillant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
All I Need


▪ depuis quand ? : 08/02/2010
▪ conneries : 281
Masculin
▪ venue au monde : 14/12/1994
▪ et l'âge ? : 23
▪ localisation : faraway.
▪ groupe : « all i need »
▪ humeur : i don't know.

MessageSujet: Re: Valentine ;   Sam 13 Nov - 18:06

Tu es physiquement juste potable, alors j'ai décidé de te valider diabolique


"La passion doit être punie." - Ah oui ? Quel est le con qui a dit ça ?
D'accord on va dire que tu as raison, je ne suis - après tout - qu'un emmerdeur minable qui vient chambouler ta vie. Mais toi, Valentine, est-ce que tu sens ton cœur battre comme le mien ? Est-ce que tu vois cette lueur, dans mes yeux, contre les tiens ? Je déteste les déclarations d'amour. Ce n'en est pas une.

EDWARDAUPLACARD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twowordsnineletters.tumblr.com/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Valentine ;   

Revenir en haut Aller en bas
 

Valentine ;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Valentine Day
» happy valentine
» Marie Valentine [UC]
» Peindre du bois lasuré
» 06. Slushy for his Valentine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Anciennes fiches-