Il n'y avait rien de naturel dans ce que l'on éprouvait.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 •• Down in the River to Die ••

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité



MessageSujet: •• Down in the River to Die ••   Jeu 4 Nov - 10:40


© hollow art
nom du personnage ; Warren. La seule chose héritée de son père, un nom de famille anglo-saxon et ordinaire. Et quelques souvenirs puérils et enfantins. Sa mère en revanche a gardé ce nom même si son mari est mort depuis bien longtemps. River n’aime pas son nom de famille car celui-ci lui rappelle beaucoup trop son père…
prénom(s) du personnage ; Comme son prénom d’ailleurs, qui avait été choisi par lui. Voilà pourquoi il se présente toujours sous son deuxième prénom. Dylan. Seule sa mère s’évertue à l’appeler River, une habitude immuable probablement. Même sa petite-sœur de six-ans sa cadette s’est habituée à Dylan, enfin, ça serait plutôt pour ne pas froisser son grand-frère !
âge du personnage ; Dix-neuf ans.
date de naissance ; 15 septembre 1990.
personnalité sur l'avatar ; Francisco Lachowski.
groupe ; We Are Broken.
lié ; Corey Milton, décédé. Possible ?
son origine ; D'origine anglaise par son père.
sa nationalité ; Anglo-suédoise, il possède la double-nationalité, comme sa mère est suédoise et son père anglais.
son occupation ; Étudiant en faculté, option photographie. Dealer pour se payer sa propre dose d'héroïne.

Histoire
I am color...blind. Coffee black and egg white.


    « Chapter One – I am colorblind »
    École primaire de Sundbyberg (Suède)
    Mercredi 9 octobre 1996, après-midi




À cet âge, tous les enfants sont bruyants. Surtout lors des récréations, lorsqu’ils ont la possibilité de se retrouver en groupe, pour discuter des choses enfantines, comme du dernier dessin-animé vu à la télévision, ou de l’ouverture du nouveau magasin de jouets à l’autre bout de la ville. Parfois, un enfant, c’est…puéril. Mais tout le monde a un jour été un enfant, et tout le monde a déjà eu ce genre de réactions en compagnie de ses amis. Par contre, un enfant n’est pas toujours joyeux, très amical. Non…un enfant, quel que soit son âge, peut toujours être blessant. Surtout avec ses semblables. Ce n’est pas parce qu’on a six ans qu’on ne comprend pas que toute différence doit être acceptée, au contraire.

Et River en fit les frais. Son secret avait été découvert par ses camarades, car à cause d’une erreur non-professionnelle, l’enseignante avait avoué en hurlant presque devant toute la classe, le problème de River. Apparemment, rester discret, sans faire de bêtises, n’avait servi à rien. Vu que même sans faire de bêtises, il avait réussi à attirer le courroux de la maîtresse sur lui. À cause de ces fichus crayons de couleur. Pourquoi n’y avait-il pas d’étiquettes avec les noms sur les crayons ? Ça…ça aurait été tellement plus facile.

« Wouah… River, il ne voit pas les couleurs ! » cria un enfant lors de la récréation, et à ce cri, d’autres enfants vinrent l’encercler. Comme une bête de foire.

La journée avait bien commencé pourtant. Son père l’avait déposé à l’école avant de filer au boulot. Il avait lu le petit mot que sa mère avait glissé dans la poche de sa veste et ce simple geste l’avait réconforté car il savait que sa mère allait avoir une journée très chargée. Elle lui avait souhaité une bonne journée, elle lui avait dit qu’elle l’aimait et qu’elle avait hâte de le revoir le soir. Et tout venait de s’envoler en éclat, ne laissant à River qu’un arrière-goût de solitude. Il voulait être près de ses parents pas au milieu de ces enfants qui se moquaient ouvertement de lui. Il aurait aimé disparaître, ne plus entendre les ricanements. Il aurait aimé ne pas pleurer face à leurs réactions hostiles.

« Et mes cheveux, tu les vois de quelle couleur, hein ? Gris ? Bah non, ils sont blonds, crétin ! » dit l’une des filles en se gaussant de ce visage nacré d’où perlaient ses traîtresses, ses larmes que River ne pouvait retenir. Tandis qu’elle riait aux éclats, les remarques caustiques s’égrenèrent dans son esprit sans qu’il ne puisse y faire quelque chose hormis déverser son chagrin en restant stoïque.

« River, viens par-là… Allez… » dit un garçon aux cheveux châtains qui se mit en face de lui, écartant les autres enfants. « Laissez-le. River…viens… » rajouta-t-il en tirant l’autre garçon en pleurs qui n’avait toujours pas réagi. Pourtant, River avait entendu la voix de ce garçon mais ne bronchait pas. Encaissant les remarques l’une après l’autre. Mais la pression sur son poignet s’intensifia et il sentit le garçon le pousser plus loin, il ne put que le suivre.

« Ils…ils sont méchants… »

Cette fois-ci, c’était lui qui avait parlé. Après qu’ils aient atteint un périmètre dépourvu d’enfants vils. Mais River n’arrivait à arrêter ses larmes. Il était un enfant, un tout petit enfant de six ans, et il avait été confronté aux moqueries des autres.

Son corps tendu par ses sanglots, le cœur battant à tout rompre, une main se voulant rassurante se posa sur son épaule, provoquant un nouveau jet de sanglots. Il comprit que ce garçon venait de l’aider. Et il comprit aussi qu’il allait lui être redevable de l’avoir sauvé, de continuer à le rassurer en proférant des menaces contre les autres enfants s’ils osaient lui faire du mal une nouvelle fois.

« Chut…ne pleure plus. Regarde, ils sont loin maintenant. Ils ne te feront plus de mal, tu sais ? »

Un hochement de tête en guise de réponse, mais le garçon se contenta de cette minime réaction de la part du brun car un sourire rassurant vint orner son visage. Les sanglots commencèrent à cesser doucement tandis que la main sur son épaule s’enleva, emportant avec elle cette chaleur humaine et rassurante dont le brun avait pu profiter durant quelques instants.
Et seulement à cet instant, River releva la tête, et planta son regard dans celui rassurant de son vis-à-vis. Il remarqua que le garçon était légèrement plus grand que lui, il devait aussi être âgé de quelques années de plus.
Le mot « Merci » accroché aux lèvres, River ne réussit qu’à balbutier des lettres incohérentes sans réussir à formuler correctement ce simple mot. Mais à la place de recevoir un rire moqueur de la part du garçon, celui-ci rit doucement de sa bêtise, et lui tapota la tête, toujours avec le même sourire plaqué au visage. « Mais de rien » dit-il comme si c’était une évidence.

« T-tu t’appelles comment ? » demanda-t-il cette fois-ci sans trop balbutier des âneries en tous genres, guettant sa réponse qui ne tarda pas à arriver… « Corey. » Et à cette réponse, River sourit. Car il comprit qu’il venait de se faire un nouvel ami. Non, un vrai ami.

« Moi c’est River ! » ne put-il laisser échapper, comprenant sa bêtise, car le garçon lui donna une légère tape derrière la tête en répondant, « Je sais, idiot. »

Oui, un enfant, c’est stupide.

    Karolinska University Hospital
    Mercredi 9 octobre 1996, soirée




La journée s’était révélée relativement bonne dès le réveil jusqu’à cet incident à l’école, puis, elle avait été affreusement horrible mais un élément avait réussi à l’arranger. Néanmoins, un autre élément s’était égrené aux autres, pour, une nouvelle fois, rendre cette journée mauvaise. Comme si l’épée de Damoclès planait sur la tête de ce petit garçon de six ans qui n’avait rien demandé.
Il faisait terriblement noir dehors, tandis qu’il essayait d’admirer la vue par sa vitre. C’était sa tante qu’était venue le chercher à l’école car son père n’avait pas pu le faire. Sa tante ne lui avait pas révélé l’endroit de leur destination, mais elle avait dit que c’était pour voir maman. Malheureusement, il était déjà tard. Normalement, à cette heure, River était déjà emmitouflé sous sa couette.

« Tata…quand est-ce qu’on arrive ? » demanda-t-il de sa voix enfantine et presque endormie. Normalement, en cas d’empêchement de ses parents, sa tante le gardait à la maison et il pouvait dormir à l’heure habituelle. Mais cette fois-là, elle l’emmena on ne sait où, alors qu’il aurait dû dormir.

« On arrive mon chou, on arrive… »

Sa voix était basse, elle avait dit cela presque dans un murmure, obligeant River à se redresser pour se rapprocher plus du siège du conducteur et pouvoir entendre la réponse. Et ceci dit, la voiture se gara dans un parking et ils durent marcher durant quelques minutes pour atteindre le bâtiment de l’hôpital.

« Maman va avoir son bébé ? »

Comment avait-il pu oublier la grossesse de sa mère ?

Un hochement de tête lui répondit. Sa tante n’était pas dans son assiette, ce soir. Main dans la main, ils s’engouffrèrent dans le bâtiment et sa tante demanda à la dame d’accueil où se trouvait Marleen Warren. Puis, lorsque la dame lui donna le numéro de chambre, sa tante lui demanda cette fois-ci dans quelle chambre était Daniel Warren.

Pourquoi ? Était-il arrivé quelque chose à son père ?

Le petit River n’entendit pas la réponse de la dame, sa tante l’avait pris dans ses bras et marchait déjà en direction de l’une des chambres. Celle de maman d’abord.

« Maman ! » cria l’enfant lorsque sa tante le reposa à terre pour qu’il puisse courir vers sa mère. Celle-ci réagit directement en tournant la tête vers lui, et essaya de se redresser pour le prendre dans ses bras. Mais épuisée à cause de son accouchement, elle ne put se redresser, alors le petit garçon essaya de monter sur le lit blanc. Sa tante l’y aida.

« Mon chéri… » murmura-t-elle en refermant les bras sur son fils, allongé délicatement sur sa mère. River sentit quelque chose de mouillé, là, juste au niveau de son épaule. Il se redressa légèrement et vit le visage de sa mère baigné de larmes.

« Maman, tu pleures… » dit-il en approchant sa petite main vers le visage de sa mère, pour lui écarter ses mèches brunes qui lui collaient au visage et il essuya ses larmes.

« Est-ce…comment va le bébé ? » demanda sa tante qui regardait la scène avec attention mais elle ne pouvait s’empêcher de penser à ce qui devait se passer dans l’autre chambre, non loin de celle de sa sœur.

« C’est u-une fille. Elle est en très bonne santé. El-elle ressemble à Daniel. » répondit Marleen en recommençant à pleurer à la mention du prénom de son époux. Seul l’enfant dans ses bras restait incrédule, ne comprenant pas la réaction de sa mère. Était-ce à cause de l’émotion ou…?

    « Chapter Two – Haemoglobin »
    Maison des Warren, Sundbyberg (Suède)
    Samedi 1er mai 2004, soirée




« Daisy… Quand est-ce que tu vas lâcher ton ordi pour venir chez moi ? Ça fait des heures que je t’attends…

Deux minutes, je finis rapidement ce chapitre et j’arrive. Tu sais quoi, Riv ?

Non et si ça concerne cette histoire niaise, j’ai pas envie de savoir !

Oh ça va, quel rabat-joie tu fais ! Je vais te le dire quand même : Nathan a rompu avec Seth. Mais quel con franchement ! À cause d’Andrew en plus. Et dire que Andrew était le meilleur ami de Seth… Je n’ai jamais aimé ce personnage de toute façon. Il adore profiter des autres, surtout de Nathan. Franchement, il aurait dû fai… »

Appel terminé.

Mais quelques minutes après, un message s’afficha sur l’écran du téléphone portable :

River ! Tu vas me le payer, espèce de nombriliste invétéré ! Pour la peine, je vais être en retard de trente minutes. Tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même pour m’avoir raccrochée au nez ! En plus, j’étais en train de te raconter ce qui s’était passé dans mon chapitre. Warren, je te maudis.
Daisy.

.
1 Mai. 2004 21:17
De : Daisy Gabrielyan.


Et en guise de réponse, il ne put s’empêcher d’écrire quelques mots non sans un sourire face à la réaction de son amie :

Saleté. Je te pardonne quand même, pour ton retard. Oublie pas les tolmas ! Tu m’as promis de m’en apporter. Je pourrais me venger aussi, je te rappelle que tu passes toutes tes soirées sur ton ordinateur, à lire ces histoires à l’eau de rose entre hommes ! Ramène tes fesses. Vite, vite, vite !
PS : Sid t’embrasse, je l’ai eu au tel tout à l’heure.

––––

Malgré ce qu’il pouvait penser, la vengeance de Daisy allait être affreuse. Et il le savait, et pourtant, continuait à tenir tête face à elle. Tant qu’elle lui apporte une assiette de ce délicieux plat arménien préparé par la mère de la jeune femme. En vérité, il avait une petite idée sur la vengeance, il savait qu’elle avait en tête de lui raconter ces histoires à l’eau de rose pendant des heures et des heures. Alors seulement après avoir envoyé son propre message, il le regretta. S’il l’avait laissée parler, elle ne lui aurait pas fait payer plus tard ! Daisy avait raison, il ne peut s’en prendre qu’à lui-même.
En grommelant des insultes contre son amie, River décida d’aller chez son meilleur ami pour quémander de l’aide. Et puis de toute façon, avec Daisy, ils avaient prévu d’aller voir Corey… Autant qu’il soit présent lors de la vengeance de la brunette.

Même s’il était d’humeur à accueillir les griefs de son amie qui allait certainement le sermonner, il voulait aussi voir Corey. Il habitait dans la maison d’à-côté, mais River ne pouvait s’empêcher de vouloir le voir. Mais Corey, depuis quelques jours, voire quelques semaines, s’enfermait dans sa chambre jour et nuit et ne parlait à personne. C’était toujours River qui lui rendait visite tandis que d’ordinaire, Corey le suppliait de dormir chez lui, d’être avec lui. River ne comprenait pas ce qu’il lui arrivait mais…tant que Corey l’acceptait dans son monde, il ne pouvait qu’en être heureux. River n’était pas habituellement courageux, sinon, il lui en aurait déjà parlé de son comportement depuis de belle lurette mais… Sa lâcheté l’en empêchait. River pensait que s’il lui en parlait, Corey se refermerait encore plus sur sa personne et le rejetterait comme tous ceux qui essaieraient de l’approcher. Heureusement qu’il acceptait encore sa petite bande d’amis près de lui, sinon… Il était le plus âgé avec Sid, mais il était une sorte de leader. La bande était composée de quatre personnes : Corey, Sid, Daisy et lui. Certains des amis d’enfance, comme Corey et River, d’autres, des amis rencontrés en cours de route… Pourtant, cette amitié semblait inséparable.

« Maman, je vais chez Corey. » cria-t-il à sa mère qui était en train de sécher les cheveux de Jacqueline, elle lui répondit par un sourire et lui dit de ne pas rentrer trop tard. En passant devant elle, sa sœur Jacqueline ne put s’empêcher de lui balancer son petit ballon dans le ventre. Mais River fit comme s’il ne s’était rien passé. Il n’avait pas le droit de toucher Jackie. L’une des nouvelles règles de sa mère…

Il sortit finalement de chez lui et se dirigea vers la maison de son ami. Peu éclairée, même la chambre de Corey n’était pas éclairée de cette habituelle lumière bleutée projetée par l’ordinateur et la télévision. Seule la cuisine était éclairée. En s’approchant, il vit la sœur-aînée de celui-ci en train de se préparer le dîner. Elle le vit aussi et vint lui ouvrir sans une once de sourire. Comme d’habitude… À croire que cette fille n’avait jamais appris à sourire.

« Je su… »

« Dans sa chambre. » le coupa-t-elle en se décalant pour lui permettre d’entrer. Il ne s’attarda pas plus et se dirigea vers les escaliers qu’il grimpa rapidement pour se retrouver dans cet habituel long couloir non-éclairé.

Une musique forte et bruyante s’élevait de l’une des pièces : la chambre de Corey. Corey sans sa musique, ce n’était plus Corey. River reconnut l’un des groupes préférés de son amis : Placebo. Il sourit dans le vide tout en traversant le couloir pour se poster devant la porte légèrement ouverte de la chambre. Il l’appela par son prénom, toujours avec le même sourire puis poussa la porte entièrement. La pièce était définitivement plongée dans le noir. Mais l’on pouvait voir le corps nu de Corey sur son lit aux draps noirs.

Un froncement de sourcils. Toujours pas de mouvement de Corey. Celui-ci avait son poignet gauche sur sa bouche, ses yeux semblaient ouverts. River fit un pas en avant mais s’arrêta aussitôt lorsque la main droite de son ami l’éclaira légèrement. Corey tenait quelque chose de luisant dans sa main. De là où se tenait River quelques secondes auparavant, il ne pouvait pas voir cet éclat… Un éclat qu’il a déjà vu… L’éclat d’une lame de rasoir.

Et pour la première fois de la soirée, Corey tourna sa tête vers lui mais River ne vit que l’éclat dans son regard. Un éclat beaucoup trop éblouissant. Celui causé par les pleurs.

En quelques secondes, River se retrouva près du lit, la main gauche de Corey dans la sienne. Et là, il admira le tracé noirâtre que laissait le sang sur son passage. La plaie était vraiment profonde.

« Pourquoi ? » geignit-il sans oser regarder Corey dans les yeux, il était toujours captivé par ce liquide noir qu’il voyait. « Je…j’ai cru que tu étais mort, qu-quand je suis entré dans ta chambre. » ajouta-il avec une lueur apeurée dans le regard.

Finalement, il leva son regard vers Corey mais c’est lui qui n’osait le regarder en face. Honte de ce qu’il avait fait.

River lâcha son poignet pour aller dans la salle de bain et chercher la trousse de secours. Il revint dans la pièce, et banda le poignet strié de marques atroces. Corey ne réagit pas durant l’opération, se laissant faire comme un enfant de six ans.

Lorsque River finit de mettre un tour de sparadrap, le bras se remit à sa place : près du corps.

Peur de le regarder en face, River baissa une nouvelle fois la tête, se demandant s’il ne ferait pas mieux de rentrer chez lui. Même s’il entendit les draps se froisser, il ne voulut lever la tête pour affronter Corey. Celui-ci passa ses bras autour de son cou et déversa son chagrin dans le cou de River qui referma ses bras autour de son corps nu, tremblant, secoué de sanglots.

« Putain… Riv, je suis désolé… Pardonne-moi, pardonne-moi, pardonne-moi… »

C’était comme un leitmotiv qui résonnait dans sa tête. Pardonne-moi. Il l’entendit encore longtemps. Pardonne-moi. Alors, il resserra ses bras plus fort autour de ce corps frémissant. Corey tourna sa tête pour le regarder et vit avec effroi que River pleurait à son tour. Il lui essuya les joues à l’aide de son autre main, car la gauche était douloureuse.

« Riv… »

Pardonne-moi...Corey.

    « Chapter Three – The Begining Of The End »
    Maison des Warren, Sundbyberg (Suède)
    Vendredi 16 décembre 2005, matinée




Pardonnez-moi. Je suis en train de faire une énorme connerie mais c'est trop tard pour revenir en arrière. Je ne regrette même pas. C'était plus fort que moi, je ne pouvais plus rester avec ça encore trop longtemps. Sachez que je vous aime tous. Corey.

.
10 Dec. 2005 01:53
De : Corey MILTON


Un simple message insipide qui avait néanmoins eu un énorme impact sur les personnes qui l'avaient reçu. Ce message s'afficha encore une ou deux minutes et l'écran devint noir par la suite. Son regard resta tout de même rivé sur son téléphone portable. Une habitude qui ne voulait plus le quitter depuis quelques jours car il relisait souvent, trop souvent peut-être, ce même message. Il appuya sur une quelconque touche et le message réapparut à l'écran. Même si son regard restait toujours rivé sur l'écran de son téléphone, River ne donnait pas l'impression de lire le message. En vérité, il le connaissait déjà par cœur. Une routine immuable et désespérante, qui n'arrivait pas à guérir ce mal-être qu'il avait en lui. Malheureusement.

« River, tu es prêt ? River ?... Il faut partir. » entendit-il une voix féminine lui parvenir d'en bas. Il se tourna sur le dos, tenant toujours le téléphone dans sa main sans détourner son regard de l'écran. Il espérait ne pas lui répondre mais il était certain, sa mère ne lui lâcherait pas la grappe de si tôt.

Il n'était certainement pas prêt. Les vêtements que lui avaient préparé sa mère la veille jonchaient sur le sol en attendant sagement d'être portés. Mais River n'avait que faire, il ne comptait certainement pas sortir. Et surtout, pas pour se rendre à cet endroit qu'il commençait à abhorrer chaque jour encore plus.

Il n'irait pas à l'enterrement.

« River, s'il-te-plaît, lève-toi. »

Cette fois, la voix lui paraissait plus proche, est-ce que sa mère avait compris que quelque chose clochait pour oser venir dans sa chambre sans même frapper à la porte ? De toute manière il ne réagit pas, se contentant d'appuyer sur une touche pour voir le message une nouvelle fois. Il entendit sa mère lâcher un soupir las, mais ne réagit toujours pas. Se disant que son silence dissuaderait sa mère de le forcer à partir.

« River... Il faut qu'on y aille. Si tu ne viens pas, tu vas le regretter… »

Au moins, elle réussit à obtenir une minime réaction de la part de son fils, qui tourna son regard vers sa mère. Mais cette réaction ne présageait rien, elle connaissait son fils, c'était toujours très difficile de lui faire changer d'avis.

Marleen Warren soupira une nouvelle fois, constatant que son fils avait décidé de rester muet indéniablement. Il avait aussi décidé de ne faire aucun mouvement lui indiquant qu'il allait s'habiller pour partir à l'enterrement. Elle vint s'asseoir au bord du lit, hésitante à propos d'un rejet de la part de son fils. Mais aucun mouvement de sa part. Son regard était resté au même endroit où se trouvait sa mère quelques secondes avant.

D'une main légèrement tremblotante, elle caressa les cheveux de son fils. À ce simple contact, il frissonna mais ne changea pas de position pour autant. Mais sa mère remarqua qu'il n'appréciait pas du tout ce contact. Alors elle reprit sa main, et préféra profiter du silence de son fils. Elle ne pouvait rien y faire, River était têtu, personne ne pouvait lui faire changer d'avis. Malheureusement, le comportement de son fils la désola, ce n'était tout de même pas l'enterrement de n'importe qui... Il aurait pu faire un petit effort, il aurait pu se montrer à l'enterrement ne serait-ce juste pour quelques minutes. En vain.

« Je vais te laisser alors. Repose-toi, mon chéri. »

Elle se leva à contrecœur, non sans un dernier regard vers son fils pas le moins réactif. River la peinait, profondément. Mais au fond, elle savait qu'elle n'y pouvait rien. Son meilleur ami était retrouvé mort, River n'était certainement pas prêt encore à accepter ce fait. Il n'avait que quinze ans et était fragile. Il lui en faudrait du temps, pour faire le deuil de Corey. Marleen espérait au fond d'elle que River se montrerait assez fort et affronterait cela courageusement. Mais elle avait remarqué que son fils avait changé. Il s'était laissé envahir par l'amertume et avait préféré rester au fond de son lit plutôt que d'aller affronter le regard des parents de Corey. Oui, River était devenu lâche. Mais Marleen ne pouvait que comprendre, elle l'aiderait quoiqu'il advienne.

Il entendit à peine la porte se refermer, mais il savait que sa mère ne l'importunerait plus. Sa main tenant toujours son téléphone s'abaissa jusqu'à se placer sur son ventre et il ferma les yeux essayant d'apprécier la quiétude qui régnait dans sa chambre. Corey doit se trouver dans la même position que moi en ce moment, pensa-t-il sans se rendre compte que c'était en effet vrai. À cette pensée, ses lèvres s'étirèrent légèrement en un minime sourire ironique, mais c'était plus fort que lui, il n'avait même plus la force de rire à sa propre bêtise. Il n'omit pas non plus de penser que Corey se trouvait mort dans un cercueil tandis que lui, agonisait dans son lit, encore vivant. Il aurait néanmoins voulu voir à quoi ressemblait son ami - enfin, le corps de son ami. Il aurait voulu voir s'il restait des stigmates sur sa tempe droite, là où était placée une arme. Celle avec laquelle Corey avait décidé de mettre fin à ses jours.

C'était River qui avait trouvé le corps inerte de Corey. Dans leur propre grange, là où ils se réunissaient avec leurs amis pour s'échapper de leurs parents. La grange appartenait à la famille de Corey mais ses parents avaient autorisé leur fils à y habiter. Corey n'avait pas obtenu la grange sans se battre, il avait fallu qu'il montre à ses parents qu'il était digne d'elle, qu'ils pouvaient lui faire confiance comme ils l'avaient fait avec la sœur aînée de leur fils.

La grange avait été joliment décorée par toute la bande, chacun y ajoutant sa touche personnelle. Ils adoraient tous cet endroit, c'était tellement vivant, c'était tellement eux. Tandis qu'aujourd'hui, la grange n'est plus ce qu'elle était, personne n'y habite. Mr et Mrs Milton avaient enlevé toutes les affaires de leur fils, enlevant ainsi toute trace de vie qu'il y avait autrefois. Ou toute trace de Corey, au choix. Étonnant, leur fils avait été retrouvé mort juste depuis quelques jours, mais ils avaient trouvé le temps de débarrasser la grange de tout ce qu'elle contenait. Même si elle révulsait les Milton, ils n'avaient pas pu faire autrement, ça aurait été trop dur. Et puis ils avaient décidé de déménager. C'était sûrement la raison première, pour détruire la grange plus qu'elle ne l'était déjà. Devenant un cloaque putride dans l'esprit de River qui ne l'avait pourtant plus vu depuis cette soudaine transformation mais sa jeune sœur lui avait rapporté les faits. Cette affaire était même passée sur une chaîne locale, et dans la gazette de Sundbyberg.

Corey avait tout détruit, tout anéanti en mourant. Oui, River lui en voulait. Beaucoup. River ne pouvait s'empêcher de se sentir trahi, cette félonie de la part de Corey était désagréablement perfide. Et pourtant, c'était lui qui était en train de s'anéantir petit à petit, à broyer du noir comme si tout autour de lui allait s'effondrer comme un vulgaire château de cartes. Il n'avait envie de rien, simplement réfléchir tranquillement dans cette pièce trop calme pour lui.

Corey n'avait pas seulement détruit sa vie, mais celle de son meilleur ami aussi. Probablement de quelques autres personnes aussi, mais River… River ne pouvait se résoudre à croire à cette réalité. Elle était atroce. Elle était aussi pénible car elle avait causé des blessures affreuses qui n'arriveraient pas à guérir. Ça ne faisait que quelques jours et pourtant, c'était déjà trop pour River. Il ne saurait dire si un jour il arriverait à remonter la pente, mais il était certain que ce jour n'arriverait pas de si tôt.

Depuis que Corey est parti, River s'enlise dans une solitude inéluctable et il ne fait rien pour s'en échapper. Et le plus effrayant, c'est sûrement le fait qu'il se sente dans cet état seulement depuis quelques jours. L'avenir semble prometteur, n'est-ce pas ?
Compter les jours depuis que tu es parti… C'est devenu mon passe-temps favori.

We're a broken people living under loaded gun.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité



MessageSujet: Re: •• Down in the River to Die ••   Ven 5 Nov - 11:34

J'aime beaucoup ton personnage. (Ouais, en fait, je fais le même genre de troublés habituellement et il me fait penser à une des miennes terriblement)

Les Liés peuvent être décédés, c'est certain. Aucune règle l'en empêche, si je me souviens bien.

Par contre, je bloque pour un truc. Le code a été validé par quel admin ? Il serait peut-être bon de savoir...

Dis-moi ça - Ou aidez-moi, mes amis admins ! - et je pourrai te valider. GF4
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bedshaped


▪ depuis quand ? : 29/04/2010
▪ conneries : 245
Féminin
▪ venue au monde : 14/12/1994
▪ et l'âge ? : 22
▪ groupe : « bedshaped »
▪ humeur : Indiscible.

MessageSujet: Re: •• Down in the River to Die ••   Ven 5 Nov - 11:58

Je suis passée hier sur le code.
Bienvenue par ici ! Je suis désolée de ce léger retard mais j'avais commencé à lire ta fiche hier soir quand certaines petites contraintes m'ont malheureusement rattrapée. Enfin un WAB ! Je te mets ton rang et t'intègre au groupe ! N'oublie pas de répondre à ce questionnaire de présentation obligatoire du flood. Pense aussi à t'ouvrir une fiche de relations pour te familiariser avec les membres GR4


Seal my heart and brake my pride ; I've nowhere to stand and now nowhere to hide. Align my heart, my body, my mind to face what I've done and do my time. Well yes sir, yes sir, yes it was me ; I know what I've done, cause I know what I've seen. I went out back and I got my gun, I said, "You haven't met me, I am the only son."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twowordsnineletters.tumblr.com/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: •• Down in the River to Die ••   

Revenir en haut Aller en bas
 

•• Down in the River to Die ••

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Voila un grand dresseur , voila Nate River !
» This is River Song, back in her cell. Oh, and I'll take breakfast at the usual time. Thank you!
» RIVER • Au contraire de l'imaginable
» (MAI 99) ROMES • I was born by the river
» River Crow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archives-