Il n'y avait rien de naturel dans ce que l'on éprouvait.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Stephen Alrikson, le Dom Juan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
All I Need


▪ depuis quand ? : 31/08/2010
▪ conneries : 26
Masculin
▪ venue au monde : 15/06/1987
▪ et l'âge ? : 31
▪ groupe : All I need
▪ humeur : Joueuse

MessageSujet: Stephen Alrikson, le Dom Juan.   Mer 1 Sep - 9:28


© google
nom du personnage ; Alrikson
prénom du personnage ; Stephen
âge du personnage ; 23 ans
date de naissance ; 15 juin 1987
groupe ; Sleepless
son origine ; Suédoise
sa nationalité ; Suédoise
son occupation ; Cinquième année de droit, est sur le point de devenir avocat

Histoire
« How sweet you are. Nevermind. »


Il a du mal à reconnaitre son visage, mais il parait si sombre, triste. Il veut la toucher, sa peau si douce, ses cheveux noirs, il est si près, ses mains sont si proches, elle disparait… Mais qui est-elle ? Qui est-elle ?

Stephen ouvre soudainement le yeux. Il a le cœur qui bat à la chamade et la respiration saccadée. Qui est-elle ? Autour de lui, une pièce qu’il ne reconnait pas immédiatement, une douce odeur de roses flotte dans la pièce… Une si jolie femme aux cheveux dorés est endormie près de lui, il peut sentir son souffle tranquille. Peu importe, une nouvelle conquête qui n’a encore une fois pas réussi à le combler. Sans un bruit, il se lève et s’habille. Cela était devenu tellement habituel, qu’il arrivait maintenant à quitter la chambre de ces dames sans laisser aucune trace de son passage, comme si la nuit précédente n’avait été qu’un rêve. D’ailleurs, il en jouait, comme toujours.

Ses rêves, ou plutôt son rêve ne le quittant plus depuis le jour de la rencontre, il se venge en se faisant passer pour un fantôme auprès de ses conquêtes. Il la regarde une dernière fois, ramasse toutes les roses fanées sur le sol dans le but des les faire disparaitre, prends le soin d’en laisser une sur la table de nuit avec un petit mot d’une belle écriture : «Doux souvenir de votre prince charmant.»

Sa vie était pourtant si parfaite…

Stephen naquit il y a 23 dans la capitale Suédoise, enfant unique d’une famille des hautes sphères de la classe moyenne. Il n’était pas richissisme, mais presque. Avec un père médecin et une mère psychiatre, il vécut une enfance aux allures chaleureuse dans les conditions des plus enviables. Ces derniers ont en effet toujours pris grand soin de leur fils. Son existence ressemblait ainsi à celle qu’on désirait dans tous les coins du monde.

Très jeune, il lui a été proposé toutes sortes d’activités sportives et artistiques : équitation, tennis, piano, violon et autres activités de luxe étaient son quotidien . Il pouvait choisir celles qui lui plaisaient le plus pour ainsi progresser plus facilement, pensaient ses parents . Mais celui-ci, comme la plupart des enfants dans son cas, se lassait rapidement de chacun de ses essais et enchaina ainsi plus d'une dizaine d’activités qu’il changeait chaque année, faisant un caprice pour ne plus y aller au bout de quelques mois. De cela, il lui resta une sorte d’indécision au fil des années ; comme un papillon virevoltant de fleur en fleur et ne sachant pas laquelle était la plus belle.

De la même façon, Stephen évita l’enfer de l’école et des autres de son âge pendant ses jeunes années ; tout du moins jusqu’au lycée. Ses parents et des professeurs particuliers se chargeaient de l’éducation du jeune homme, qui fut ainsi des plus raffinées. Il fut élevé comme son rang le devait : il était beau, poli, discret, et était doté d’une intelligente pétillante et intéressée, et d’une culture générale impressionnante.

Aussi, sa mère jugeait qu’il devait faire ses propres expériences, c’est du moins ainsi qu’elle justifiait le laxisme avec lequel elle menait l’éducation de son cher fils. Elle lui laissait le dernier mot dans chaque étape de sa vie et pardonnait toutes ses erreurs. Aussi, quand il rentra au lycée et y découvrit la vie en communauté avec des jeunes de son âge, elle ne le blâma pas pour avoir fait des tentatives dans le domaine de la drogue et de l’alcool. En effet, sa relation avec ses parents était exemplaire, vu de l’extérieur, jamais de disputes ou de portes qui claquaient ; particulièrement celle avec sa mère, pour qui il garde encore aujourd'hui une certaine admiration. Depuis cette époque, Stephen reste un fumeur assez régulier.

Mais ce que le jeune homme découvrit au lycée, ce fut la gente féminine, et surtout, il prit conscience du pouvoir qu’il avait sur elle. En effet, autant préciser que Stephen avait un physique exceptionnel à en faire tomber plus d’une. Grand, brun aux yeux noisettes et au regard pétillant, à qui n’importe qu’elle coiffure donne des allures de beau gosse sexy, un visage très expressif et souriant, il aurait très bien pu grâce à son physique devenir mannequin ou acteur, et il ne se priva pas une seule fois de jouer de ses atouts.

Au début, ce n’étaient que des jeux innocents, des paroles charmeuses puis des caresses et baisers volés, mais il se rendit bientôt compte qu’il désirait plus. Cependant, en tant que gentleman de bonne famille, il ne se permettait jamais de bafouer l’honneur d’une de ses prétendantes, comme il aimait les appeler, et les prévenait souvent qu’il ne tomberait certainement pas amoureux d’elles. Il avait en effet ce détachement qui rendent les hommes encore plus attirants. Les jeunes demoiselles ainsi prévenues, il s’en amusait ; mais avec tant de candeur qu’on ne pouvait lui en vouloir.

Étrangement, même si chacun savait pertinemment que Stephen était un mangeur de femmes, un vrai libertin, cela n’importait que peu. Tout le monde aimait ce jeune homme des plus sympathique, optimiste, d’un naturel calme quoique parfois un peu arrogant, ce dom Juan intelligent et suave qui avait toujours de la conversation et qui choisissait soigneusement ses mots avant de les prononcer. D’ailleurs, quand arriva le temps des études supérieures, personne ne fut surpris quand il choisit sa voie ; personne ne le critiqua quant à sa décision de devenir avocat. Beau parleur comme il l’était, cela semblait tellement naturel que c’est à peine si on y prêta attention.

Et c’est au cœur de ses études qu’il confirma sa vocation. Il avait, au fil des années, disséqué minutieusement la technique de travail de ses parents, notamment de sa mère et avait acquis une telle connaissance en l’âme humaine qu’il était capable de déterminer une grande partie d’un caractère à la façon de dire bonjour d’un inconnu. Étant en outre clairvoyant et excellent orateur, il devint rapidement un des petits chouchous de la fac de droit.

C’est ainsi que se déroulait la douce vie de Stephen Alrikson, entouré de parents attentionnés, d’amis et de professeurs à ses petits soins et surtout de femmes toutes autant admiratives les unes que les autres.

Et puis un jour, pourtant un jour comme les autres, dans la rue, une rue qu’il empruntait tous les jours, il croisa une jeune femme et un jeune homme. Une jeune femme et un jeune homme comme on voit régulièrement, tous les deux habillés sombrement, comme les jeunes qui pensent porter tout le poids des souffrances du monde sur leurs épaules, mais le garçon semblait en effet supporter un grand mal. Ils ne le remarquèrent qu’à peine, tandis que lui ne pouvait les quitter des yeux, surtout la femme, cette femme à peine plus jeune que lui. En la voyant, il ressentit ce pincement qu’on ne lui avait que trop décrit. Il se croisèrent, Stephen ne pouvant détourner son regard. Qui était-elle ? Si belle, si fragile… Puis, s’éloignèrent, Stephen se retournant sur le passage, regardant son âme-sœur s’éloigner de lui jusqu’à ce qu’ils disparurent au coin de la rue…

Cependant, Stephen n’a que faire du Lien. Mais le fait de savoir qu’il avait trouvé sa Liée l’obsède, l’obsède tellement, il ne pense plus qu’à la retrouver, la revoir, la prendre dans ses bras et bien plus encore. Et cela le tourmente. Il n’est pas déprimé ; non, Stephen est l’optimisme incarné. Mais rien que pour ressentir à nouveau ce pincement dans la poitrine, pour voir se lever vers lui ses yeux qui lui avaient parus si sombres, il veut la revoir à tout prix. Lien ou pas, foi de Stephen, quand il veut une femme, il l’obtient.


Spoiler:
 


Dernière édition par Stephen Alrikson le Mer 1 Sep - 11:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://azurlazuly.deviantart.com
avatar
Sleepless


▪ depuis quand ? : 15/03/2010
▪ conneries : 245
Féminin
▪ venue au monde : 31/07/1992
▪ et l'âge ? : 25
▪ localisation : Dans les bras de mon amoureux ! (ou pas)
▪ groupe : Sleepless Darling.
▪ humeur : Joyeuse.

« — you are my soulmate »
Relations avec votre Lié:

MessageSujet: Re: Stephen Alrikson, le Dom Juan.   Mer 1 Sep - 10:22

    Bienvenue sur SM mouton

    Arf. J'avais fait tout le message où je te disais que je te validais et je jouais la groupie de Joseph et tout mais en fait, il manque le code de validation.

    Donc il faut que tu me rajoutes ça quelque part en spoiler et puis je te valide.

    Ah, et essaye d'indiquer la source de ton icon (LJ, Acide Edulcoré... là où tu l'as trouvé. S'il vient du forum, demande à Absynthe d'où il vient u_u)



→ every step that you take could be your biggest mistake. it could bend or it could break, but that is the risk that you take.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
All I Need


▪ depuis quand ? : 31/08/2010
▪ conneries : 26
Masculin
▪ venue au monde : 15/06/1987
▪ et l'âge ? : 31
▪ groupe : All I need
▪ humeur : Joueuse

MessageSujet: Re: Stephen Alrikson, le Dom Juan.   Mer 1 Sep - 11:41

Je suis dégoutée !!! J'ai modifiée tellement de fois ma fiche et j'étais tellement contente de la poster que j'ai oublié le code GM !!!

C'est juste pour signaler que j'ai réparé mon erreur GY7

Par contre, pour la source de l'icon, est-ce si important ? Le fait est que j'ai trouvé l'image par hasard sur Google et que j'ai piqué l'icône d'Absynthe parce qu'elle était déjà à la bonne taille. J'ai tout de même fait une recherche pour savoir d'où elle venait et on peut la trouver plus de 15 sites différents dont le premier donné par Google : un forum de discussion sur le thème de Disney !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://azurlazuly.deviantart.com
avatar
Sleepless


▪ depuis quand ? : 15/03/2010
▪ conneries : 245
Féminin
▪ venue au monde : 31/07/1992
▪ et l'âge ? : 25
▪ localisation : Dans les bras de mon amoureux ! (ou pas)
▪ groupe : Sleepless Darling.
▪ humeur : Joyeuse.

« — you are my soulmate »
Relations avec votre Lié:

MessageSujet: Re: Stephen Alrikson, le Dom Juan.   Mer 1 Sep - 14:30

    Ne t'inquiète pas, tant que tu connais le code et que nous sommes sûrs que tu as lu le règlement, ce n'est pas un drame.
    En ce qui concerne l'icon, non ce n'est pas si grave non plus, je me suis permise d'indiquer Google.
    Bienvenue, fiche validée.
    (c'est Aurélien)



→ every step that you take could be your biggest mistake. it could bend or it could break, but that is the risk that you take.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Stephen Alrikson, le Dom Juan.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Stephen Alrikson, le Dom Juan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Stephen Weiss
» Pourquoi a-t-on enlevé la photo de Juan bosch.
» Juan Carlos
» (M/lIBRE) STEPHEN AMELL
» (M) Ugo Pennaccini | Stephen Amell [LIBRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Anciennes fiches-